Passer au contenu principal

Uji : 朝日焼 Asahiyaki

Uji : 朝日焼 Asahiyaki

Asahiyaki et les sept fameux fours d'Enshū

Quel est le point commun entre les premières dames et les premiers gentilshommes présents au G20 d'Osaka, les grandes marques de luxe françaises et les palaces de Kyoto ? Les céramiques raffinées : poteries et porcelaines d'Uji bien sûr. Appelées "Asahiyaki" elles sont fabriquées en petite série, à la main, sur les bords de la rivière Ujigawa.

   L'histoire des céramiques d'Asahiyaki commence il y a plus de 400 ans dans la ville d'Uji, préfecture de Kyoto, au pied du Mont du Soleil Levant, “Asahiyama” en langue japonaise. C'est une période charnière concernant la céramique japonaise liée à l'art du thé car contemporaine au Maître Sen no Rikyū figure iconique et incontournable de la cérémonie du thé au Japon.

 

Ces porcelaines et céramiques seront choisies par le disciple de Sen no Rikyū, le maître Kobori Enshu, comme faisant partie des "7 fameux fours d'Enshu"

   Uji n'est pas que le lieu d'origine des céramiques d'Asahiyaki, c'est également la capitale du thé vert au pays du soleil levant. Il y a 800 ans, quand les moines zens ont ramené de Chine les premières graines de thé vert dans la région du Kyoto, Uji fût l'endroit idéal pour y implanter les premières grandes productions de thé au Japon. 400 ans plus tard, le thé fait partie intégrante de la culture nippone ; Uji en est depuis sa capitale. Sen no Rikyû développa le "chanoyu" ou "sado" la fameuse cérémonie du thé. C'est alors que le premier grand-maître céramiste Tosaku I établit le premier four qui servira au développement des céramiques luxueuses d'Asahiyaki. Avec un savoir faire hors du commun ces porcelaines et céramiques faisant partie intégrante du "chanoyu" seront choisies par le disciple de Sen no Rikyū, le maître Kobori Enshu, comme faisant partie des "7 fameux fours d'Enshu" à savoir les ustensiles absolus dans les arts liés au thé dans l'archipel nippon

Un savoir-faire unique transmis depuis 16 générations.

 Ce savoir-faire unique de l'art japonais de la céramique s'est transmis de génération en génération et de nos jours, la fabrique d'Asahiyaki est gérée par deux frères descendants directement du maître Tosaku I. Monsieur Toshiyuki Matubayashi occupe le poste de manager, tandis que son frère Hosai Matsubayashi XVI continue un travail de recherche permanent de la perfection dans la confection des céramiques d'Asahiyaki. Ses oeuvres réputées dans le monde entier dans le milieu de la porcelaine japonaise, ont été exposées dans tout le Japon, au Royaume-Uni, mais également en France. Une technique unique et exceptionnelle qu'entretient avec passion cette famille depuis 16 générations, et qui reste exclusive aux oeuvres d'Asahiyaki. Cette reconnaissance s'est manifestée à de grandes occasions, comme lors du G20 d'Osaka en 2019, ou les cadeaux sélectionnés officiellement pour premières Dames et les premiers Gentilshommes furent des porcelaines épurées et soignées d'Asahiyaki. On ne compte plus également leurs collaborations avec des grandes marques de luxes, et l'on retrouve également leurs vaisselles nippones dans certains hôtels 5 étoiles de Kyoto. 

Une oeuvre iconique d'Ashiyaki, le bol à thé matcha "benikase"

 Certaines de leurs oeuvres comme les bols à thé matcha "Benikase" qui signifie "la dorsale du chevreuil" sont exceptionnelles et n'existent nul par ailleurs. Elles sont le résultat d'un mélange d'argile d'Uji vieilli pendant plus de 50 ans avec de l'argile locale japonaise. Cette recette permet pendant la cuisson l'apparition de motifs qui ressemblent au dos des cerfs Sika qui peuplent les montagnes japonaises. Chaque bol benikase est original, car les motifs et la couleur apparaissent de façon aléatoire selon la cuisson au four. De ce fait, chaque modèle est unique, que ce soit au niveau des couleurs ou de la disposition des motifs. Pour ce qui est de la cuisson, Asahiyaki cuit ses céramiques dans deux types de four. L'un est classique au gaz, tandis que le four "noborigama" est en service une à deux fois par an. Ce type de four à 4 étages est alimenté en permanence au bois, ce qui donne un résultat inattendu aux céramiques lié à cette cuisson particulière. On dit que "c'est la conséquence des esprits qui vivent dans le four."

Le noborigama, un four au bois en service qu'une fois par an.

 Pour en savoir plus sur le "noborigama" ainsi que sur les porcelaines et céramiques d'Asahiyaki, voici l'interview de Monsieur Toshiyuki Matubayashi, qui a ouvert exceptionnellement ses portes à UNJAPAN lors de la mise en fonctionnement annuelle de ce four.

L'interview de Monsieur Matsubayashi est à visionner ci-dessous :

 

Continuer la lecture

Uji : 十六世 松林豊斎 - Matsubayashi Hosai XVI

Uji : 十六世 松林豊斎 - Matsubayashi Hosai XVI

Kyoto : 曼荼羅茶 rencontre avec Alex de Mandaracha

Kyoto : 曼荼羅茶 rencontre avec Alex de Mandaracha

Commentaires

Coronado

Really nice article and videos, I can’t wait to go to Kyoto again!. Thanks for sharing.

Esther

Article très beau et intéressant – les photos sont sublimes ! Bravo !

Roux Vincent

Super intéressant !
Merci pour le partage

Mickael Grange

Super article! On a du mal à imaginer la quantité de savoir-faire accumulée au fil des générations et concentrée dans ces poteries. Le Japon est vraiment un pays à part. J’espère pouvoir retourner à Kyoto bientôt mais en attendant ça me permet de voyager un peu. Hâte de lire la suite.

Clément

Superbe article, très complet et on apprends beaucoup sur ces magnifiques céramiques japonaises !

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

Votre panier

Votre panier est actuellement vide.
Cliquez ici pour continuer vos achats .